!css

Miser sur la reprise économique dans la zone euro

17/07/2017

Après cinq années difficiles, les entreprises européennes ont vu leurs bénéfices repartir à la hausse mi-2016, profitant du rebond du commerce mondial, de la reprise économique dans la zone euro et de conditions financières favorables. Les dernières statistiques économiques suggèrent une forte croissance. L’indicateur de sentiment économique de la Commission européenne a inscrit un plus haut décennal et tous les secteurs et pays ont connu une amélioration.

D’après nos estimations, la hausse de l’inflation et des taux longs restera progressive. La Banque centrale européenne (BCE) poursuivra donc sa politique monétaire accommodante et nous ne prévoyons pas qu’elle réduise ses achats d’actifs avant 2018. Nous estimons que les secteurs de la consommation cyclique et des valeurs financières sont les mieux placés pour profiter de l’embellie conjoncturelle.

Le recul du chômage, des taux d’intérêt modestes et de faibles prix pétroliers (le baril de Brent devrait se stabiliser dans une fourchette de 50-55$) soutiendront la consommation des ménages ces prochains mois. Déjà en juin, leur confiance avait atteint son plus haut niveau depuis la Grande crise financière. Les ménages ont fait part de leur volonté grandissante d’augmenter leurs dépenses d’achats importants ces douze prochains mois. Par conséquent, les entreprises du secteur de la consommation cyclique devraient enregistrer une plus forte croissance de leurs bénéfices que d’autres secteurs ces prochains mois. Par ailleurs, la rentabilité des capitaux propres est élevée et les valorisations sont attrayantes.

Depuis la Grande crise financière, les banques européennes se sont employées à assainir régulièrement leurs comptes. Comparé à 2007, les bilans sont plus solides, la solvabilité s’est améliorée (le ratio Tier 1 moyen s’est hissé de 8,2% à 13,5% l’an dernier) et une consolidation sectorielle s’est amorcée. Le plan de sauvetage (17 milliards d’euros) destiné à deux banques italiennes en juin devrait dissiper les craintes d’une crise des créances douteuses. Par ailleurs, les valorisations sont attractives et les perspectives en matière de bénéfices s’améliorent. Accompagnée de conditions financières favorables, la reprise économique devrait continuer de stimuler la croissance du crédit du secteur privé et la légère hausse des taux longs renforcera la rentabilité des banques.

Pour plus d’informations, veuillez contacter votre gestionnaire ou contactez nous.